Ajouter Webforce dans vos favoris

Choisissez vos dernières nouvelles :
ITU Publications : Study Groups    -    ITU Publications : Operators    -    United Nations Photo    -    United Nations    -    UNECE news    -   United States Institute of peace    -    World Trade Organization   -    ITU Publications : Policy and Market analysis    -    Digital Divide    -   ITU TELECOM Publications    -    ITU Publications : Resolution   -   World-Consortium   

In consultative statute with the ECOSOC of the United Nations
ITU-D Member

                       
Qui est en ligne
3 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur Articles)
Membre(s): 0
Invité(s): 3
plus...
News
Recherche

SOCIETE CIVILE  et  MANIPULATION……JUSQU'A QUAND ?

           WebForce International Fédération et le groupe United NGO ont déjà maintes fois répété qu’à défaut de toute définition réelle, ni sociologique, ni légale, la notion de SOCIETE CIVILE – ne voulant en soi rien dire – prête le flanc à toutes les confusions, y compris aux ambiguïtés développées volontairement pour servir les intérêts idéologiques du moment ou les prétentions de certains.

            Il est donc aisé, sans mandat, de créer soi-même une coordination de la société civile, regroupant fondation, associations, à statut variable, qu’ont eux-mêmes fondées les fondateurs de la coordination.

            Ensuite, il sera question de BUREAU, OFFICE ou SECRETARIAT de la SOCIETE CIVILE … Mais de quelle société civile?

            Les ONG nationales ou internationales peuvent solliciter, sur base de leur réelle représentativité, un statut consultatif près diverses instances des Nations Unies ou d’autres institutions intergouvernementales, éventuellement dans leurs Etats respectifs. Si certaines ne jouissent d’aucune reconnaissance, c’est qu’elles le souhaitent ainsi ou ne remplissent pas les conditions de validité ou de représentativité. Les englober dans une société civile évanescente est à la fois un non-sens et un camouflet à l’encontre de l’ONU qui semble ne pas s’en apercevoir même …

            Toutes les manipulations sont possibles avec cette notion multiforme de société civile. Faut-il donc croire qu’elle est bien utile à certains …

            D’autres techniques manipulatoires tombent sous l’évidence. Telle la CONGO qui se présenta à l’origine honnêtement comme une coordination des NGO reconnues par l’ONU.

Une très étrange évolution fit de la CONGO une ONG elle-même, définie comme telle depuis 2002 au niveau de l’ONU. Néanmoins, bien que n’ayant plus de bureau officiel au siège de l’ONU, la CONGO a longtemps profité d’une confusion. La plupart des ONG, surtout du tiers-monde, mal informées, pensaient que la CONGO était une émanation officielle de l’ONU et que l’adhésion (donc la cotisation ) était obligatoire. Le fait que la CONGO soit donc elle-même une ONG parmi d’autres fait d’elle un intermédiaire superflu entre les ONG reconnues et l’ONU elle-même. Ici encore, faut-il penser que la confusion n’est pas inutile à tout le monde ?.

            Quant aux représentants autoproclamé des « familles » et « caucus ? » de la société civile au niveau du SMSI, nous ne mettons pas en cause leur droit à avoir des opinions politiques précises (c’est aussi le nôtre d’en avoir d’autres !) mais de la à les présenter comme celles de la société civile il y a un abyme.

Les deux ex-directeurs de la division Société Civile dans le secrétariat exécutif du SMSI (phase I) ainsi que la Présidente de la CONGO, s’imposant comme meneurs et «briefant ! » journellement durant les prepcoms, en laissant entendre qu’ils ont une fonction officielle comme seuls représentants de la « Société Civile », nous ne sommes pas loin de l’abus de confiance vis-à-vis de personnes non informées. C’est de cette façon qu’ils ont crée une confusion et réussi a regrouper sous leur houlette des personnes ou organisations dans un pseudo bureau de la société civile, pour les quelles c’était leur première contact avec les Nations Unies. Dans le même temps ils écartent par des moyens pour le moins non orthodoxe des organisations et de vrais experts, travaillant avec les Nations Unies depuis plusieurs années.

Nous ne mettrons pas non plus en cause leurs nombreux titres et qualifications, nous constatons simplement que leurs compétences n’ont guère de rapport avec les sciences de la communication ou les nouvelles technologies de l’information.

            Pour la 2ieme phase, nous recommandons que soit organisé scrupuleusement une véritable représentativité démocratique de nouveaux porte-parole de la Société Civile. Et que, de plus le personnel de la division Société Civile dans le secrétariat exécutif, soit  strictement cantonné dans un rôle d’intendance administrative.

Pour une meilleure transparence, honnêteté et impartialité, devrait être inclus dans la Division Société Civile du Secrétariat Exécutif, des fonctionnaires des Nations Unies appartenant au Secrétariat Général de l’ONU Chargé des relations avec les ONG, aussi bien de la section  de New York que du Bureau de Liaison auprès du Directeur Général de l’ONU à Genève. Cette solution est l’unique moyen d’obtenir pour la  2ieme phase une expression démocratique et honnête de toutes les tendances de la « Société Civile ».

Il nous parait indispensable qu’une évaluation sérieuse et indépendante soit réalisée par le Secrétariat Général des Nations Unies, après audit de toutes les parties prenantes du SMSI. Ceci permettant de clarifier beaucoup de zones d’ombre de la première phase et principalement d’orienter la deuxième phase vers un réel succès.

Le système de « familles » ou « caucus » étant totalement ridicule, puisque si nous voulons imaginer une  « famille » mondiale de l’éducation, par exemple, a moins d’être aveugle, ignorant ou de mauvaise foi, il est évident que l’éducation à l’intérieur de l’Europe diffère totalement d’un pays à l’autre. Les différences s’élargissant encore plus entre continents. Ceci est aussi valable dans les méthodes aussi bien syndicales que du commerce etc…

Le seul moyen efficace consiste  en un regroupement par thèmes et à l’intérieur de ceux-ci des groupes régionaux. Une nécessité absolue pour l’Etat hôte est de ne pas se laisser influencer par une première phase volontairement rendue ambiguë. Celui-ci doit démontrer au monde que sa capacité d’organisation démocratique, ainsi qu’imaginative est égale ou meilleure que celle de bien des Etats occidentaux.

<- Haut de page

Choisissez votre langue :

Calendrier
Mai 2017
Add event Submit Event
M T W T F S S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
ITU
Connexion
Perdu le mot de passe ?
Inscrivez-vous maintenant !